article précédent || remarques sur la graphie utilisée || lexique bwiti || article suivant
La création du monde


obaka1@virgilio.it
l'oeuf originel

 

 

 

sommaire 

1/ la plante

2/la religion d'eboga

-article de André Mary (encyclopédie des religions)

-article de Goutarel

- extraits de "Péril Blanc" de René Bureau

- le Ngozé (le culte Bwiti)

- plan du temple

-lexique bwiti 

3/iboga et addiction

4/Agora : expériences vécues, articles, divers

5/album photo

 

 

extrait de "Péril blanc" de René Bureau.
Editions de l'Harmattan, 1978.

Qu'est-ce qui m'a fait courir là-bas et quitter la vie douillette de l'université parisienne? Toujours la quête d'un miroir où le Blanc que je suis puisse trouver son authentique reflet. Cette fois, nous étions réfléchis, vous, moi et les nôtres, dans la psyché appropriée à nos simagrées.

Les Fang du bouiti, familiers de l'anatomie et de la physiologie, nous renvoient, au vu de notre mine et des rictus de notre face, un diagnostic implacable.
L'examen clinique ne s'exprime pas sous forme idéologique, ni politique, ni psychologique, ni métaphysique mais mythique.

Au commencement, Mebeghe, qui n'a ni père ni épouse, a posé dans le tohu-bohu originel une boule, oeuf ou foetus. Un être en est sorti, Nzame. Il était seul et il pleurait. Mebeghe lui donna 1'ordre de dépecer son propre corps: le sang qui coulerait serait la matière d'où sortiraient les êtres de la terre. Nzame retrouverait ensuite son intégrité. De l'oeuf sortit ensuite Ninepone, cadette de Nzame, mais "en ce temps-là, les orifices de son corps n'étaient pas ouverts". Le puîné, None, enfin, vint à la vie. Restaient le placenta et le cordon ombilical. Ils prirent la forme de deux êtres en un seul: Evus, dont le double antagoniste est Ekurana. Les trois premières créatures se trouvèrent ainsi flanquées d'une quatrième, comme en surnombre, leur enveloppe en quelque sorte, un démiurge inattendu tenu en laisse par son frère siamois. Des ennuis en perspective.

Mebeghe prend des dispositions pour prévenir les risques de conflit d'influence. Les rôles sont clarifiés et chacun est assigné à résidence. Nzame est donc le chef, il est chargé de produire la nature et l'homme, semblable à lui. Dans le même village, mais chacun dans son quartier (ou son quadrant, entre deux points cardinaux), Ninepone et None. Evus occupe la quatrième partie de l'espace: la brousse. Mebeghe leur interdit de franchir les barrières de leurs territoires respectifs.
Nzame commence donc son travail de producteur du monde et de l'humanité. Ninepone, jalouse de la préséance de son aîné, profite de ce qu'il fait un voyage pour se rendre dans la brousse. Arrivée auprès du marécage, elle demande: Qui est-ce qui tue les antilopes et les phacochères ? -- C'est moi. -- Qui es-tu ? -- Je suis l'Evus. -- Pourquoi ne viens-tu pas au village ? -- Je suis difficile à nourrir et je hais la lumière. Pourquoi veux-tu que je vienne ? -- Mon frère Nzame m'a trompée. Il a déjà commencé son travail: il fait un homme à son image et non pas à la mienne.
Ninegone écarta les jambes et Evus entra dans son sexe. Le lendemain, Evus dit: j'ai faim, donne-moi cette chèvre qui passe devant la case. La chèvre creva aussitôt et Evus la mangea. Bientôt, il n'y eut plus de chèvres. L'Evus dit: J'ai faim, donne-moi ta fille (anachronisme sans importance). La fille mourut sur-le-champ. L'Evus la mangea.
Nzame revient alors de voyage. Il dit: je ne reconnais plus le village, n'aurais-tu pas amené l'Evus ici? il devait rester en brousse pour manger la viande de chasse. Nzame s'est alors retiré pour toujours en laissant le monde sous la loi de la femme et de l'Evus.
Ninegone s'est alors approchée de son frère None pour qu'il lui fasse un enfant. C'est le nsem, le premier inceste.
Les hommes descendent de cette union. Ils sont mortels, alors que Nzame devait faire des êtres immortels comme lui-même.
Evus est ensuite entré en relation avec None (terme qui désigne la masse du forgeron) pour lui enseigner la fonderie et la forge. Il lui a donné le soufflet primordial, dont la partie souple, en cuir, est un livre que les Blancs savent déchiffrer. Il lui a montré comment forger l'anneau de métal durci et refroidi dans l'eau de la marmite féminine, grâce auquel on peut fabriquer les outils et les objets utiles.
Mebeghe, à la vue de ces événements consécutifs à la transgression du premier interdit, a dépêché Ekurana pour qu'il attaque l'Evus et le précipite dans le centre de la terre.
Nous en sommes à ce combat dans lequel les hommes sont impliqués. Ninegone, plagiaire de Dieu, usurpatrice, avec Evus, du pouvoir sur le monde, est condamnée à porter la terre sur sa tête.


Le calice et le vieux sac

"Les événements qui se sont passé chez les hommes se sont d'abord passés chez les dieux".

Le premier couple humain vérifie en quelque sorte l'efficacité de la contrefaçon de l'ordre inaugurée par ses géniteurs. Mukengué et Mangongo (Adam et Eve) se laissent séduire, à leur tour, par Evus. Ils commettent eux aussi l'inceste. Leur fils aîné, Abona-Litougo (Caïn), «I'homme-entre-la-vie-et-la-mort+, partage une même femme, Massana (Thérèse), avec son frère. Il est jaloux de ce dernier et le tue. Avant qu'il ne se réfugie au coeur de la forêt, sa mère, Mangongo (Eve), lui donne une graine d'eboga: il pourra ainsi revoir son frère défunt et ses parents lorsqu'ils seront morts (la vision et la connaissance sont acquises par le sacrifice d'un proche: c'est la loi de l'Evus).
Adam était déjà mort. "il est le premier mort". C'est sur sa tombe que le premier eboga a poussé. Mais Adam (Mukengué) s'est métamorphosé. L'avatar d'Adam est Nzambia-Pongo (mot qui contient la racine Nzame), c'est-à-dire Jésus, fils de Egnèpe, Marie, elle-même avatar d'Eve.
"Jésus est mort deux fois, lorsqu'il était Adam et lorsqu'il était Jésus". C'est le même qui a péché et qui "vient montrer la voie de Dieu".
Nzambia-Pongo, avant de venir sur terre, dans le sein de Marie, était auprès de Dieu, en compagnie de son frère Nzambia-Vanga (ou Ekurana, ou saint Michel). Tous deux ont été mis devant un choix: d'un côté un vieux sac rempli d'eboga, et de l'autre le calice et la Bible. C'est Jésus qui a choisi le premier: il a pris le calice et la bible.
"il est descendu et il a été reçu par les Blancs; quand il a voulu aller chez les Noirs, les Blancs ont été jaloux et l'ont tué. Michel a dit : Jésus a enseigné la peau blanche, moi je prends le sac d'Eboga et je vais enseigner le bouiti aux Noirs; il a semé une graine sur la tombe d'Adam (ou de Jésus)". C'est donc Caïn, l'ancêtre des Noirs, qui en a hérité, par l'intermédiaire de sa mère.

Je viens de condenser et d'amalgamer pour vous les contenus de textes nombreux et variés, recueillis de la bouche d'initiés appartenant à des branches diverses du bouiti. Les éléments de base font simplement partie du patrimoine fang. J'ai laissé de côté le mythe de Benzogo, la femme mitsogo qui, la première, put converser avec son mari défunt grâce à l'eboga et paya de sa vie la connaissance acquise, mais des éléments de la tradition mitsogo sont épars dans le corpus mythique.

La création du monde
- extrait de "Péril blanc"
de René Bureau -


[SUITE

   retour/return index

 retour/return photo album